Comprendre la musique générative : la technologie derrière les DJs virtuels

Depuis des millénaires, la musique est un moyen d'expression pour l'humanité. Et sa fabrication a été une quête humaine innée, un produit de la créativité et de la collaboration destiné à être écouté et apprécié par chacun d'entre nous. Cette évolution nous a fait traverser différentes époques musicales, de l'analogique à l'électronique et maintenant au numérique, chacune d'entre elles ouvrant la voie à de nouveaux genres et à de nouvelles façons de consommer le contenu.

La créativité ne manque certainement pas. Les plus grandes plateformes de musique en streaming du monde proposent des millions de chansons. Sur Spotify, plus de 60 000 titres sont téléchargés chaque jour, ce qui représente environ 22 millions de titres par an. Youtube music revendique deux milliards d'utilisateurs mensuels et Apple Music compte plus de 60 millions d'abonnés payants.

Pour s'y retrouver, les plateformes s'appuient sur des outils de sélection musicale avancés qui les aident à faire le tri parmi ces options infinies. Si vous avez déjà essayé de composer la bonne playlist pour faire votre jogging ou étudier, par exemple, il y a de fortes chances que l'intelligence artificielle vous ait donné un coup de main. Les algorithmes et le big data basés sur l'IA sont devenus essentiels pour automatiser la sélection musicale, fournir des recommandations et vous aider à trouver votre prochain morceau préféré. Mais le fait de disposer d'une panoplie d'options facilement accessibles permet-il d'améliorer l'expérience d'écoute et de stimuler la créativité ? De toute façon, la plupart d'entre nous finissent par écouter les mêmes morceaux ou les mêmes genres encore et encore, ce qui fait dire à certains que le modèle est cassé. Mais peut-être est-il simplement incomplet.

Nous avons toujours écouté la musique. Mais que se passerait-il si la musique nous écoutait ?

L'avènement des services musicaux d'IA générative constitue une avancée technologique et marque le début d'une ère post-numérique pour la création musicale. La musique générative ouvre une nouvelle ère de possibilités où les mélodies sont imprévisibles, adaptables, uniques et impossibles à répéter. Cela signifie que l'écoute de la musique ne sera plus une expérience linéaire. Elle transcendera les concerts, les albums, les morceaux et les interactions limitées dans le temps.

La musique assistée par l'IA permet à la musique de mieux s'adapter aux préférences des utilisateurs, tout en leur permettant d'entrer dans le processus créatif pour coexister et coproduire.

Les talents de l'IA

Les machines qui font de la musique ne sont pas vraiment une nouveauté.

La relation entre la musique et les ordinateurs remonte au début des années 1950, lorsque l'informaticien britannique Alan Turing est parvenu à produire les premières mélodies générées par ordinateur. En 1957, la [Suite Illiac pour quatuor à cordes] (https://www.youtube.com/watch?v=n0njBFLQSk8) est devenue la première composition entièrement générée par une intelligence artificielle. Depuis, la technologie n'a cessé d'évoluer, y compris l'apprentissage automatique, donnant naissance à une intelligence musicale toujours plus complexe.

L'IA est désormais utilisée pour créer de nouvelles mélodies autrement inimaginables, pour automatiser la composition musicale et, croyez-le ou non, pour assumer le [rôle de créateur de paroles] (https://theselyricsdonotexist.com). En effet, l'intelligence artificielle est parfaitement capable de créer, de jouer et même de chanter pour vous.

Vous voulez écouter un album entièrement produit par l'IA ? Pas de problème, Auxuman ne manque pas de musique. Peut-être préférez-vous des expériences musicales alternatives, comme un concert donné par un DJ virtuel. Sensorium Galaxy propose une gamme complète d'artistes virtuels (nous y reviendrons). Et si vous êtes d'humeur à composer ? AIVA est un outil formidable si vous cherchez à expérimenter la production de musique classique ou symphonique.

En fait, l'IA est devenue si douée pour faire de la musique qu'elle a inspiré la création de AI Song Contest, un concours de type Eurovision présentant les meilleures productions musicales créées par des humains avec l'aide de l'IA.

Mais l'industrie ne risque guère de devenir une sorte de "one-machine show". L'IA est encore loin de remplacer les artistes réels (si tant est qu'elle le fasse un jour). Elle devient plutôt un outil de co-création inestimable, permettant aux créateurs d'explorer de nouvelles voies artistiques.

Le son de la musique (générative)

La musique IA est capable de produire un flux de mélodies originales en temps réel qui s'adaptent et évoluent en permanence pour mieux convenir à l'écosystème dans lequel elles sont utilisées, en fonction de paramètres tels que l'objectif, l'humeur et le genre.

[Mubert] (https://mubert.com/) est l'une de ces plateformes, spécialisée dans la création de musique originale et personnalisée par les utilisateurs, professionnels ou amateurs, grâce à l'intelligence artificielle. Pour y parvenir, Mubert s'appuie sur une base de données contenant des millions d'échantillons basés sur des sons, des mots-clés et des points de données qui sont utilisés pour entraîner des algorithmes et produire des flux infinis de sons originaux personnalisés.

"Nous laissons les utilisateurs contrôler les paramètres de la musique qui est générée, soit en temps réel, soit en fonction de changements prédéfinis. Par exemple, grâce à l'API (interface de programmation d'applications) de Mubert, vous pouvez générer un morceau qui commence dans une ambiance et qui passe à une autre ambiance autour de la marque spécifique que vous souhaitez. Ou produire un mélange de pistes d'une longueur spécifique qui correspondrait à vos critères. Et plus tard, il serait formidable de permettre aux développeurs de rendre cette interaction entre notre API et d'autres outils bilatérale, où, par exemple, certains outils de création musicale pourraient envoyer des échantillons à Mubert, et Mubert pourrait les arranger et renvoyer l'audio dans l'application d'édition musicale. Ce sont quelques-unes des façons dont nous voyons l'API Mubert se développer à l'avenir", explique Marko Nykoliuk, chef de produit de Mubert.

Grâce à une combinaison d'IA et d'apports humains, provenant de producteurs, de créateurs et d'utilisateurs réguliers, la base de données de Mubert évolue et s'étend constamment. Les réactions sont recueillies en fonction des interactions avec les utilisateurs et de facteurs externes tels que l'heure de la journée ou la météo, ce qui facilite la création de nouvelles musiques. Vous pouvez mélanger et assortir, choisir des références de ce que vous recherchez et générer une piste ou un flux en choisissant parmi différents préréglages de mastering pour obtenir des sons originaux dans une piste, tous conçus par l'IA.

Ces pistes sonores sont composées exclusivement pour chaque utilisateur, ce qui personnalise la relation entre les auditeurs et leurs productions musicales.

"Notre objectif en tant qu'entreprise est actuellement de construire la meilleure plateforme possible entre les artistes et les créateurs de contenu. Nous aimerions que tous ceux qui créent du contenu, qu'il s'agisse de vidéos sur YouTube, de podcasts ou de contenu pour les réseaux sociaux, ou même d'un jeu ou d'un métavers, puissent venir sur Mubert et trouver le type exact de musique qu'ils recherchent. La musique qui a la bonne humeur, le bon genre, qui est parfaitement adaptée à la durée et à la dynamique du contenu. De l'autre côté de la plateforme, nous voulons donner aux musiciens un moyen de transformer leurs idées brutes en compositions que les créateurs pourront utiliser. Le problème, c'est qu'en général, lorsqu'un musicien crée de la musique à la demande pour un créateur de contenu, il reçoit des suggestions, on lui demande de refaire des petits morceaux et nous aimerions simplifier les choses pour les musiciens afin qu'ils puissent apporter des idées brutes à notre plateforme et que les créateurs de contenu puissent, par eux-mêmes, dire à Mubert comment ils aimeraient qu'elles soient arrangées. Et bien sûr, la plateforme apprend aussi, grâce à l'apprentissage automatique et aux algorithmes, comment arranger ces idées de la meilleure façon possible", ajoute M. Nykoliuk.

De plus, une API telle que celle de Mubert ouvre un monde d'opportunités pour les créateurs en démocratisant la création sonore, en permettant à de nouveaux acteurs d'entrer sur le marché et de vivre le potentiel des outils artistiques basés sur l'IA. L'abaissement de la barrière d'accès à la musique ne peut être considéré que comme une étape positive et progressive vers plus de diversité.

Les services de musique générative ont un grand avantage sur les supports préenregistrés, comme un album ou une liste de lecture, en raison de leur capacité à puiser dans un catalogue infini de rythmes et de leur aptitude à générer de la musique dans un vaste éventail de mélodies, de rythmes, de battements, etc.

Le PDG de Mubert, Alexey Kochetkov, estime que cette technologie uniformise les règles du jeu pour la production musicale. "Je pense que la meilleure façon d'utiliser la musique générative est d'aider les personnes qui n'ont pas de formation musicale ou autre à créer de la musique. Cela leur donnera une autre dimension de leur créativité et ainsi ils pourront créer de la musique, ils pourront collaborer les uns avec les autres, ils pourront jouer de la musique ensemble ou même la partager ou la publier dans des services de streaming."

L'IA rend le processus de création musicale plus facile et plus juste, suggère-t-il, en complétant les expériences du monde réel par un nouveau domaine de possibilités de ce qui peut être produit et où.

DJ AI, fais-nous voyager !

Les métaverses sont le mariage parfait entre l'IA et la musique générative. En tant qu'espaces virtuels hautement immersifs et interactifs, les possibilités de création sont illimitées, qu'il s'agisse de musique, de danse, de peinture, de sculpture ou de toute autre forme d'art.

Sensorium Galaxy est un métavers dont l'objectif est de fournir des expériences de divertissement RV et RA de haute qualité, sans scénario ni résultat prédéterminé, ce qui permet aux créateurs de prendre le contrôle total de leur vision créative. L'un des principaux attraits d'un environnement offrant une liberté absolue réside dans les possibilités d'interaction avec d'autres utilisateurs et des êtres intelligents (avatars), mais aussi dans la possibilité de s'engager auprès d'une toute nouvelle race d'artistes : les DJ IA.

La collaboration entre Sensorium et Mubert a abouti à la création des premiers DJ à intelligence artificielle au monde, comme [JAI:N] (https://sensoriumxr.com/articles/sensorium-teams-up-with-mubert-to-create-first-ever-ai-powered-virtual-djs). Ceci est rendu possible grâce à l'API de Mubert qui permet à ces artistes virtuels de créer de la musique en temps réel, en s'inspirant de plus de 60 genres différents, dont le hip-hop, l'EDM et la K-pop.

Plus récemment, Sensorium et Mubert se sont associés pour produire un ensemble de nouveaux DJ IA, surnommés DJ IA sociaux. Le premier à être sorti est [Kàra Màr] (https://www.prnewswire.com/news-releases/kara-mar-becomes-the-first-social-ai-driven-artist-to-release-an-album-301437032.html), qui est également devenu le premier artiste IA social à lancer un album sur Spotify. La technologie exclusive de Mubert a permis à ces êtres virtuels de générer un flux constant de musique en constante évolution, tandis que Sensorium les a dotés d'un corps virtuel, d'une intelligence et de compétences sociales.

Cette combinaison unique permet aux DJ virtuels d'avoir des conversations non scénarisées et stimulantes avec les fans, créant ainsi un haut niveau d'interaction lorsqu'ils ne se produisent pas.

Il est donc clair que nous assistons à l'aube de la créativité de l'IA : pour la première fois, des artistes alimentés par l'IA se produiront de manière autonome dans un métavers, aux côtés de DJ réels tels que David Guetta, Armin van Buuren et Carl Cox, offrant ainsi des expériences de concert inégalées.

"Si vous imaginez un métavers, vous le voyez comme quelque chose qui a été co-créé par des centaines, des milliers ou des millions de personnes. Quelque chose où chaque personne dans ce métavers peut apporter quelque chose qui lui est propre. Et si vous pensez à la musique dans ces métavers, il semble ridicule que la musique soit ce morceau statique, cet audio mp3 statique qui est le même pour tout le monde. Nous pensons que cela ne devrait pas être le cas et nous pensons que la musique générative de cette manière, qui prend ce que les musiciens créent, reprend ces boucles, ces échantillons et les utilise comme blocs de construction pour créer quelque chose de beaucoup plus profond, pour créer de la musique qui a tant de variations et qui peut être unique pour chaque utilisateur dans ce métavers", a développé Nykoliuk.

Contrairement au monde physique, les métaverses disposent de points de données potentiellement infinis à partir desquels les algorithmes peuvent apprendre. Cela permet à l'"ADN musical" de chaque utilisateur de s'enrichir progressivement et de devenir 100 % adaptable.

Les mécanismes sociaux intégrés par Sensorium Galaxy encouragent également les utilisateurs et les êtres d'IA à se rencontrer sous la forme de co-créations uniques. Inopportunément, cela pourrait conduire à l'émergence des premières superstars et influenceurs de l'IA au monde, avec leurs propres bases de fans et opportunités de monétisation.

L'objectif déclaré de Sensorium et Mubert n'est toutefois pas de remplacer les expériences musicales réelles, mais de les compléter par des avancées technologiques.

Un avenir qui ne ressemble pas au passé

La technologie a créé de nouvelles façons d'être créatif en ajoutant de nouvelles dimensions physiques et virtuelles. Grâce à l'intelligence artificielle, des horizons jamais imaginés auparavant sont à portée de main et portent le potentiel de la créativité vers de nouveaux sommets où les humains peuvent oser être encore plus expressifs. De la création à la consommation, il n'y a pas de retour en arrière possible dans la révolution musicale alimentée par l'IA.

Comme pour toute autre avancée technologique, il reste des défis à relever. Affiner les moteurs et algorithmes musicaux pour mieux s'adapter aux publics virtuels est l'un d'entre eux.

"Dans le monde réel, le DJ joue quelque chose et le public réagit. C'est une façon très naturelle d'interagir à travers la musique. Nous avons fait beaucoup de recherche et de développement dans ce contexte. Je pense que les publics virtuels, comme les utilisateurs de la RV, devraient vivre la musique et les sets des DJ comme ils le feraient dans la réalité. Cet aspect du retour d'information entre le public et les DJ virtuels est très important. Pour moi, c'est un défi très difficile mais intéressant", conclut Paul Zgordan, Directeur du contenu de Mubert.

Les DJ virtuels lancés par Sensorium Galaxy en coopération avec Mubert constituent un pas en avant dans la mise à disposition des utilisateurs d'un outil d'aide au processus de création, où l'homme reste aux commandes pour atteindre de nouveaux sommets.

L'avenir, livré dans votre boîte de réception

Dernières nouvelles sur le développement de produits
Annonces et offres spéciales